Back

Maya et Alex

 

 

C’est aux Petites Indécises, café voisin de l’école, que nous nous retrouvons.

Maya, ancienne comédienne et maintenant développeuse web, étudie chez nous depuis trois mois et nous a présenté son mari Alex, qui nous fait le plaisir de la rejoindre pour deux semaines de cours intensifs niveau B2. Le couple est arrivé à Paris il y a 4 mois et a décidé de s’y établir après 4 ans de nomadisme à travers les Amériques et l’Europe. Après cinq ans de vie artistique à New York, lui est chanteur lyrique spécialisé dans le baroque, elle était actrice pour le cinéma et le théâtre, la pandémie de Covid les a poussés sur les routes, suivant les contrats d’Alex.

Quatre ans de voyage, le besoin de se stabiliser s’est fait ressentir et c’est à Paris qu’ils ont décidé de poser leur valise. Leur choix a été simplifié par les conditions favorables que la France offre aux artistes notamment avec la possibilité d’obtenir un visa Talent mais aussi par le statut d’intermittent du spectacle. Ils ont hésité entre l’Allemagne et la France avant d’opter pour la seconde.

Alors Pourquoi la France ?

Maya : La première fois que je suis venue en France, c’était à 22 ans pour rendre visite à un ami. Avant ce séjour je n’avais pas un grand désir de France et ne trouvait pas la France très attirante. Après ce séjour je l’ai adorée !

Alex : Je suis venu petit en France, en fait j’ai passé mon neuvième anniversaire à Bordeaux. J’ai de beaux souvenirs de cet anniversaire. Ma mère est linguiste : elle parle français et italien. Mes souvenirs sont chargés de beaucoup de petites phrases qu’elle me faisait répéter pour aller à la boulangerie par exemple : « Bonjour je voudrais un morceau de pain ».

Pourquoi Paris et non Bordeaux ?

Maya : J’aime les grandes villes. Paris est similaire à New-York, c’est plus familier pour nous. Et puis j’aime le grand choix des œuvres. Aux Etats-Unis, il y a une idée que la culture est inaccessible que c’est pour les riches…

Alex : L’art c’est pour ceux qui sont nés dans ce monde. Le plus agréable c’est la taille de la ville. Nous avons vécu à New-York et à Los Angeles, des villes très grandes. Ici, ce qui est trop cool c’est qu’on sort du métro et il y a des monuments, des musées, vous pouvez aussi aller partout à pied. Pour les californiens c’est inimaginable.

Maya : Et aussi le choix des restos et des bars à explorer. Et finalement les Parisiens ! Il y a un grand stéréotype que les parisiens sont méchants. Toutes les personnes avec lesquelles j’ai parlé sont gentilles. Les français sont curieux des étrangers, ils veulent connaître les différences entre les modes de vie. Ils veulent discuter.

Alex : Il y a une grande différence de mentalité, de culture et évidemment de langue. Si on essaie de parler en français, tout le monde s’ouvre. Il y a des codes à connaître, comme à NY. Mais ici la langue est plus importante. Aux Etats-Unis ce n’est pas la langue c’est la culture.

Des points négatifs aussi ?

C’est difficile d’habiter dans un pays avec une langue différente. Les choses quotidiennes sont plus difficiles. Par exemple j’ai des pantalons et il faut que j’aile, que je demande, tu vois je ne connais pas le mot

  • Faire une retouche

Voilà, les choses de la vie quotidienne sont plus difficiles.

Alex : ah la merde des chiens !

Maya : c’est ça le gros point négatif ?? ça va, alors ! (rires).

Alex : non, mais c’est une vraie différence.

Je plaisante. Je ne reste pas toujours à Paris, c’est dommage et même si Paris n’est pas énorme il y a toujours « un voile » pour moi sur la vraie vie parisienne. Et aussi toujours à cause de la langue. Je me sens toujours un peu étranger.

Vos adresses à Paris :

La Place des Vosges, c’est vrai que c’est un peu cliché mais quand j’y suis allé il n’y avait pas beaucoup de monde et c’est calme. Le rythme de la ville est plus calme à Paris.

Le Musée d’Orsay : C’est plus personnel, Alex a participé à des récitals organisés entre le musée d’Orsay et l’Abbaye de Royaumont. C’était génial d’avoir accès au musée le lundi quand c’est fermé.

Le Rigodon, c’est un restaurant du 11ème, le chef est américain et très sympa, le serveur est français et très drôle. Ce n’est pas trop cher et c’est de la gastronomie française et internationale moderne.

La Drogheria Italiana : une épicerie italienne délicieuse avec des personnes adorables.

Melanie
15 July 2024

Liz sort son livre

langue_2022
29 February 2024

Maya et Alex

langue_2022
28 July 2023

Se faire une toile sous les étoiles

langue_2022
5 June 2023

Interview de Tina

langue_2022
15 May 2023

En mai, fais ce qu’il te plaît

Leave A Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *